Isolant naturel pas cher : que choisir pour améliorer son DPE ?

Fabien Liegeois
Par Fabien Liegeois
Isolant naturel pas cher : Que choisir pour améliorer son DPE ?

La crise écologique a mis l’empreinte carbone des bâtiments au centre de nos préoccupations. Investir efficacement dans l’immobilier, c’est bien souvent avant tout acheter une passoire thermique et la rénover pour la rendre plus écologique en optimisant les coûts. La consommation énergétique des bâtiments est tellement au centre des préoccupations que l’on rencontre de plus en plus de matériaux 100% éco responsables en vue de réaliser ces rénovations.

Aujourd’hui, penchons-nous sur le cas des isolants naturels vendus par la plupart des grossistes et des magasins de bricolage. Que faut-il en penser ? Est-ce rentable ? Quel isolant naturel choisir pour améliorer son DPE ?

Qu’est-ce qu’un isolant naturel ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de définir clairement les termes. Qu’entend-on exactement par “isolant naturel ?”
En réalité, il existe deux types principaux d’isolants naturels. Les isolants naturels biosourcés, et les isolants naturels recyclés.

  • Un isolant naturel biosourcé contient au minimum 80% de matière issue de la biomasse végétale ou animale. Il peut s’agir de bois, de fibre végétale, ou encore de laine.
  • Comme son nom l’indique, un isolant naturel recyclé est issu de la transformation de matériaux recyclés. Il peut s’agir par exemple de ouate de cellulose, de fibres plastiques recyclées, ou encore de fibres textiles recyclées. C’est donc un peu un abus de langage, car il ne s’agit pas réellement d’isolants naturels.

Les isolants dits naturels sont une alternative aux isolants minéraux (laine de verre, laine de roche…) et aux isolants synthétiques (polystyrène expansé, polystyrène extrudé…) couramment utilisés actuellement pour l’isolation.

Les principaux isolants naturels à connaître

Maintenant que la définition est plus claire, nous pouvons nous pencher plus précisément sur les principaux types d’isolants naturels que l’on trouve dans le commerce actuellement.

La fibre de bois

Les principaux isolants naturels à connaître : la fibre de bois

Commençons par la star des isolants naturels, la fibre de bois. Le bois est un matériau naturellement isolant. Pour servir d’isolant dans les bâtiments, le bois peut être transformé pour devenir de la fibre de bois. Il s’agit alors le plus souvent de bois de conifère importé d’Allemagne.

On parle parfois de laine de bois pour évoquer la fibre de bois souple ou semi-rigide. En tout cas, cette matière est utilisée pour l’isolation des planchers, des murs et des toitures. Notons que la fibre de bois peut être utilisée aussi bien pour de l’isolation thermique que pour de l’isolation phonique.

Le chanvre

Les principaux isolants naturels à connaître : le chanvre

Les isolants en chanvres sont bien entendu fabriqués à partir de la plante du même nom. Le chanvre est un hygrorégulateur efficace, adapté à l’isolation des toits, des murs, des sols et des combles.

Ce matériau entièrement recyclable est résistant à la moisissure et aux rongeurs. En revanche, il est sensible à l’humidité. Il faut donc prévoir la pose d’un pare-vapeur en supplément.

L’un des autres avantages du chanvre est qu’il est vendu sous différents formats, notamment en panneaux et en rouleaux légers et faciles à couper.
Notez aussi qu’il est possible de faire du béton de chanvre en ajoutant de la chaux naturelle à la fibre de chanvre.

Le liège

Les principaux isolants naturels à connaître : le liège

Depuis plusieurs décennies déjà, le liège est un autre matériau couramment utilisé comme isolant naturel, car ses capacités d’isolation thermique et phonique sont appréciables. Le liège présente la particularité de bien résister à l’humidité et aux nuisibles, et d’être très dense.

Cette densité lui permet d’être particulièrement efficace pour l’isolation estivale. Il est vendu sous forme de panneaux, qui peuvent servir pour l’isolation des murs et des sols.

La ouate de cellulose

Les principaux isolants naturels à connaître : ouate de cellulose

La ouate de cellulose est fabriquée à partir des fibres de celluloses présentes dans les papiers journaux recyclés. Pour la traiter contre le feu et la moisissure, on ajoute simplement des additifs comme le sel de bore.

Son efficacité en tant qu’isolant phonique et thermique est appréciable. En revanche, la ouate de cellulose ne se vend ni en panneaux ni en rouleaux. Elle doit être posée par insufflation, soufflage, ou flaconnage humide. Ce matériau est donc majoritairement utilisé pour l’isolation des combles perdus.

Le lin

Les principaux isolants naturels à connaître : le lin

Le lin est une plante cultivée en Europe, notamment dans la moitié Nord de la France et la Belgique.
Par son élasticité, il est un excellent isolant phonique qui s’adapte bien aux environnements humides, généralement sans adjonction d’éléments chimiques.

Mais pour plus d’efficacité, le lin est souvent coupé au chanvre, à la laine de mouton, ou au coton.
Il est principalement vendu sous forme de panneaux ou de rouleaux, et s’adapte donc à l’isolation de toute la maison, à l’exception des sols.

La laine de mouton

La laine de mouton est un isolant utilisé depuis la nuit des temps. On l’utilise aujourd’hui encore pour isoler les combles, plafonds, rampants et murs.
Il faut savoir que la laine de mouton doit être traitée pour éviter les champignons, les nuisibles, et les départs de feu. On y ajoute aussi souvent du polyester pour une meilleure tenue à la pose. Notez qu’un pare-vapeur est recommandé en complément.

La plume

Les principaux isolants naturels à connaître : la plume

La plume, en particulier la plume de canard, est un isolant encore assez peu utilisé mais qui tend à se démocratiser. La plume de canard n’est pas utilisée seule. En complément, on ajoute souvent du polyester et de la laine. Cela sert de liant, tout en apportant une résistance aux insectes et autres nuisibles.
La plume de canard permet d’isoler phoniquement et thermiquement. Notez que cette matière est particulièrement sensible à l’eau.

Les autres isolants naturels

Vous connaissez maintenant les principaux isolants vendus dans le commerce actuellement… Mais il existe d’autres matières que vous êtes susceptibles de rencontrer durant vos recherches. C’est le cas notamment de la fibre de coco, de la paille ou herbe sèche, de la fibre de carton, ou encore du feutre. Dans la majorité des cas, ces matériaux ne sont pour le moment pas très rentables ni avantageux.

Les isolants naturels sont-ils efficaces ?

Venons-en maintenant au cœur du sujet : faut-il se tourner vers les isolants naturels lorsque l’on souhaite améliorer le DPE d’une habitation et faire une bonne plus-value ? Est-ce un bon investissement ?

Une question difficile à trancher

Malheureusement, comme vous vous en doutez certainement, il est impossible de trancher définitivement.
Une chose est importante à retenir : les isolants naturels n’ont pas à rougir face aux isolants plus couramment utilisés tels que la laine de roche. Ils sont le plus souvent assez efficaces, et les tarifs sont loin d’être exorbitants, même s’ils sont encore généralement plus chers que leurs concurrents.

Plusieurs études ont tenté de mesurer l’efficacité des différents isolants, qu’ils soient ou non naturels. Malheureusement, il y a trop de facteurs à prendre en compte pour désigner un grand vainqueur. Techniquement, le polyuréthane semble avoir la meilleure résistance thermique. Mais ce n’est pas le seul paramètre à prendre en compte.

Par exemple, la laine de bois semble être un meilleur isolant contre la chaleur, et la laine de verre a de meilleure performance en déphasage thermique… Le déphasage est notamment utile l’été. Avec un bon déphasage, la chaleur accumulée en journée s’évacue doucement le soir.

Il faut également noter que, dans la plupart des cas, les isolants naturels sont un peu plus chers que les isolants moins eco-friendly… Mais la tendance tend à s’inverser actuellement. En cas de promotion notamment, il n’est pas rare de trouver des isolants naturels abordables.

Comment poser un isolant naturel ?

Un élément important à prendre en compte dans le choix de votre isolant sera la méthode de pose. Selon les situations et les besoins, vous pourrez en effet choisir entre des plaques, des rouleaux de laine, du vrac, du soufflage…

Les techniques de pose des isolants naturels sont globalement les mêmes que les techniques pour les autres isolants. Tout dépend en priorité du format (plaques, laine en rouleau, vrac…) et de certaines caractéristiques du bâtiment, en particulier son environnement et le taux d’humidité. Pour en savoir plus sur ces questions, n’hésitez pas à télécharger notre formation sur l’isolation intérieure.

Vous apprendrez avant tout que, dans un souci de rentabilité, il est important de s’inspirer des travaux des promoteurs. Vous apprendrez aussi les caractéristiques à prendre en compte et les techniques à connaître pour isoler efficacement les greniers, les murs, et entre deux étages.

Quel isolant choisir ?

Ainsi, pour bien choisir votre isolant et améliorer votre DPE sans vous ruiner, vous n’avez malheureusement pas d’autre solution que de prendre le temps de bien réfléchir à la question et de comparer les offres.

Pour trancher efficacement, il faut avant tout lister ce que vous devez isoler exactement (sol, murs, plafonds, combles perdus…), ainsi que la situation du bâtiment (environnement chaud, environnement froid, environnement tempéré, environnement humide…).
Pour vous faciliter la vie, il existe un très bon article d’Engie qui prend le temps de comparer divers matériaux, tableaux à l’appui.

Il peut aussi être intéressant de penser stratégiquement. La question écologique étant au centre des préoccupations actuelles, les acheteurs et locataires potentiels demandent maintenant systématiquement les matériaux utilisés pour l’isolation. Il sera beaucoup plus facile de convaincre en ayant isolé l’habitation avec des matériaux écoresponsables qu’avec des matériaux issus de la pétrochimie comme le polyuréthane.

Dans tous les cas, la technique consistant à investir dans une passoire thermique pour améliorer son DPE reste tout à fait envisageable en utilisant un isolant naturel.

Fabien Liegeois
Fabien Liegeois

De bureau d’études d’ingénieurs-conseils du bâtiment à investisseur-rénovateur libre aujourd’hui, je guide désormais les investisseurs avisés grâce à ma triple expérience : la rénovation, la thermique du bâtiment et l’investissement immobilier.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

LinkedIn
X
Email
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ça peut aussi vous intéresser :

A qui déléguer ses travaux ?
Rénovation rentable

A qui déléguer ses travaux ?

Pour votre chantier de rénovation de passoire thermique, vous vous demandez ce que vous allez réaliser vous-même et quelles tâches vous allez déléguer. Mais est-il…

En savoir +